TOKYO !

Publié le par Pénélope Lemarchand

TITRE : TOKYO !
TITRES SECONDAIRES :
Interior Design ; Merde ; Shaking Tokyo
REALISATEURS : Michel Gondry, Leos Carax, Bong Joon-Ho
ACTEURS : Ayako Fujitani, Denis Lavant...
DUREE : 1h45'


     Une jeune japonaise s'installe en couple à Tokyo chez une amie, en attendant de trouver un emploi et un logement... Un homme repoussant erre dans les rues de la ville et terrorise la population tokyote... Un reclus maniaco-dépressif découvre tout à coup que le monde extérieur existe...

     Je ne suis jamais allée à Tokyo, et je n'ai - bizarrement - aucune "image" de cette ville. Pas de Tour Eiffel, par d'Empire State Building, pas de porte de Brandebourg, de Place Rouge ou de Cité Interdite. Juste une impression de ville hermétique, surpopulée, laide mais fascinante, peuplées d'hommes en costume cravate et de fille en jaune citron, vert pomme et rose bonbon.
     L'intérêt de ces trois court-métrages est de nous plonger non pas dans la ville mais dans le quotidien des tokyotes, ou mieux, de nous donner quelques facettes de leurs personnalités. Les jeunes qui découvrent l'anonymal de la mégapole, les marginaux qui se font immédiatement détruire, les solitaires pour lesquels Tokyo est une ville de 30m².
     L'ensemble des trois films est très intéressant, présentant trois facettes du mal vivre et de l'inadaptation dans une ville salle et chère, intransigeante et inhumaine. Et malgré cela assez fascinante, dans la mesure où le spectateur en est lui-même exclu, partageant le sors de trois personnages que la ville refuse, et, comme toujours, ce qui exclut fascine.
     Des trois, celui de Leos Carax (même s'il a sa place dans l'ensemble) est celui qui m'a le moins plu, non pas par le thème (la xénophobie légendaire de la ville, son aspiration à la pureté) que par la manière dont il est traité, en particulier l'interminable procès, dont la caricature est trop simple pour être aussi longue, avec cette langue stupide et cet avocat ridicule.Et puis franchement, avec la meilleure volonté, difficile d'adopter la Merde-Attitude...
     Le premier, Interior Design est le plus touristique, même s'il montre un Tokyo tout sauf touristique. Il nous plonge dans la vie quotidienne d'un jeune couple qui tente de s'en sortir dans la grande ville et qui affronte tout : espoirs artistiques, logements miteux, petits boulots, contraventions, promiscuité, jusqu'à ce que la fille se sente tellement inutile en tant qu'être humain, qu'elle gagne son utilité en tant qu'objet. La transformation, extraordinaire, est une angoissante métaphore de la femme-objet-utilitaire, discrète, effacée, efficace, et y trouvant - finalement - son compte.     Mais le plus fascinant des trois reste cette improbable histoire d'amour, rythmée par les tremblements de terre de la ville, qui amène dans l'univers maniaquement parfait d'un jeune "hikikomori" une étrangère, livreuse de pizzas, ambassadrice du monde extérieur, de laquelle, immédiatement, il tombe amoureux. La foule est une machine à fabriquer des solitaire. Les mégapoles aussi. C'est ce que l'homme découvrira lorsqu'enfin il osera sortir et qu'il se sentira prêt à affronter le monde et les autres : il n'est pas seul à être seul...

Publié dans Mes Tops

Commenter cet article

Marie 14/03/2009 17:47

Pas de 'cinéma 2009'?
Dommage! =(

Guillaume 04/11/2008 15:05

Même classement pour moi, même si je mets le premier et le troisième presque à ex aequo. Mais Merde... ben le titre nous avait prévenu !