QUANTUM OF SOLACE

Publié le par Pénélope Lemarchand

TITRE : QUANTUM OF SOLACE
REALISATEUR : Marc Foster
ACTEURS : Daniel Craig, Olga Kurylenko...
DUREE : 1h47'


     Toujours marqué par la mort de sa précédente conquête, James Bond tente de mettre à mal une mystérieuse organisation. Sa quête le ménera sur les pas d'un homme d'affaire crapuleux, et de deux James Bond Girls au joli minois...

     Raconté comme ça, on pourrait croire que c'est un nouveau James Bond, c'est à dire toujours le même, pour la 22ème fois. Et non. Malgré le "OO7 " du mystérieux titre et le nom du personnage principal, Quantum of Solace n'a rien à voir avec un James Bond.
     D'abord par sa durée. Il m'a semblé extrêment court, alors que dans mon souvenir les James Bond sont toujours interminables. Ici, malgré les fréquents changements de décors, l'action semble filer à toute vitesse, dans tous les sens, sur plusieurs pistes, et s'achever avant même que tout ait vraiment commencé.
     D'ailleurs, fait étrange (sauf erreur de ma part) le fameux générique au diaphragme n'apparaît pas après l'amorce, mais à l'extrème fin du film. Comme le thème musical mythique, dont on a pendant tout le temps des bribes et des embryons, et qui n'est cité tel qu'en lui même - et fort brièvement - qu'à la fin du film.
     L'impression d'un film trop court vient peut-être aussi du fait qu'il y est fait tout le temps référence au film précédent et à la James Bond Girl précédente. Du coup l'ombre de celle-ci plane sur tout le film, et rend ses deux successrices particulièrement inconsistantes. On a l'impression de voir une seconde partie de programme, bref, un demi-film.
     D'ailleurs, pour sympathiques qu'elles soient, les James Bond Girls de cet épisode sont bien sages et bien sérieuses. Aucune scène sensuelle, aucune scène sexuelle, James a vieilli et n'a en tête que sa morte, et passe son temps à se demander si c'était vraiment une méchante ou une gentille. Sa libido en berne est annoncée dès le générique d'ailleurs dont l'érotisme légendaire est devenu ici bien gentillet.
     On aura le droit à un bisou (même pas visible) et à une visite de suite dans un hôtel, où la première préoccupation de l'agent 007 est de chercher un bureau pour faire son courrier. Si Bond est à l'âge des Mémoires d'Outre-Tombe, on est mal parti...
     Parmi les caractéristiques des épisodes les plus connus de la série, on avait un humour (souvent très nul) et des gadgets (souvent ridicules). Les temps ayant sans doute changé, les spectateurs étant devenus très sérieux et très sages, on n'aime plus l'humour nul et les gadgets ridicules et le film est plombé d'une pesanteur sinistre et d'une absence totale d'inventivité. On se bagarre comme dans une cour de récréation, avec les poings et avec des pistolets en plastique. Les répliques sont glaciales, Bond est devenu un sage en pleine introspection.
     L'histoire, elle, s'éparpille un peu dans tous les sens, sans qu'aucune piste n'amène vraiment quelque part. La piste de l'organisation secrète s'évapore vite après une scène mi-géniale mi-grotesque à Wien pendans le Te Deum du premier acte de Tosca (qui enchaîne bizarrement avec la mort de Scarpia, à la fin du deuxième acte). La piste des coups d'Etats "aidés" par la CIA est tellement bâclée et confuse qu'elle ne fait qu'exploiter un gros cliché. La piste de l'eau, ressource stratégique du XXIème siècle risquant de détronner le prétrole, la seule piste vraiment intéressante, est elle aussi scandaleusement traitée à la va-vite.
     Quant à la pesante affaire de la morte, les cas de conscience de James, présenté au début comme un tueur sans scrupule et devenant presque à la fin un ange miséricordieux, elle semble à la fois prétentieuse et déplacée. Elle se résoud à l'extrème fin par une scène qui (ou alors j'ai raté quelque chose) arrive comme des cheveux sur la soupe et nous explique avec un symbolisme incroyablement subtil que James a finalement échappé à ses vieux démons concernant cette envahissante Vesper.     Bref, un film sans humour, sans gadget, sans baiser, sans scène de lit, sans super-méchant qui meurt broyé, écrasé, électrocuté, dynamité ou désintégré à la fin, c'est peut-être (et c'est sûrement le cas) beaucoup mieux qu'un James Bond, mais ça n'est pas un James Bond. C'est la mise à mort (enfin !) de tous les défauts qui faisaient de cette "franchise" la caricature d'elle-même dans sont côté artificiel, superficiel et immature.

Publié dans Mes Tops

Commenter cet article

evasion735 12/08/2009 20:37

superbe blog
je serais tres heureux si tu acceptais de temps en temps de publier des articles sur la communauté que je gere : Humeurs (le lien se trouve sur le coté de mon blog)

samom 29/01/2009 21:20

pas de nouvelles bonnes nouvelles j'espère

david 02/01/2009 23:57

Bonne année à tous !!

Et bon ciné : 2009 s'annonce sympa !!

:0051:Sebiwan 02/01/2009 13:04

Bonjour Pénélope... juste un petit mot pour te souhaiter une bonne année. J'espère que tout va bien pour toi ! A bientôt

Shin 01/01/2009 23:17

Bonsoir,

Je fais un petit passage éclair dans le coin pour te souhaiter une très belle année 2009 et une longue vie à ton blog !

Amicalement,

Shin.