W. - L'IMPROBABLE PRESIDENT

Publié le par Pénélope Lemarchand

TITRE : W.
REALISATEUR : Oliver Stone
ACTEURS :  Josh Brolin, James Cromwell...
DUREE : 2h00'



     Fils d'un futur président des Etats-Unis, Georges W. Bush dilapide sa jeunesse, incapable d'aboutir dans aucune de ses entreprises. Il finira pourtant président des Etats-Unis à son tour...

     En fait le scénario de W. pourrait se résumer à une réplique de Jean-Pierre Bacri dans Parlez-moi de la pluie d'Agnès Jaoui : "Je vous ai dit que mon père me prenait pour un con ?... Eh ben voilà : mon père me prenait pour un con."
     Mais la différence entre Jean-Pierre Bacri et Josh Brolin, c'est que l'un joue un minable réalisateur de documentaires (et de films familiaux) tandis que l'autre joue le président des Etats-Unis d'Amériques.
     Que George Bush (le vrai) aie toujours pris son fils pour un con, on le comprend volontiers sans avoir le film d'Oliver Stone, dans la mesure où le caractère de l'un semble aux antipodes de l'autre.
     Elégant gentleman fier de l'héritage familial, longtemps dans l'ombre (ou plutôt dans les coulisses), arrivant dignement sur le devant de la scène, sans médiatisation abusive, sans compromission avec le "grand nombre" mais fort d'un réseau d'influence effroyable dans le monde de l'argent : voilà le Père.
     Charmeur aux allures de Cow Boy (c'est-à-dire de garçon de vache), mal instruit et mal élevé, gâté et bêtement ambitieux, mais prenant les choses à coeur, sans machiavélisme, sans calcul, plus manipulable que manipulateur : voilà le Fils.
     Ce contraste, le film le met bien en scène, et en particulier la splendide solitude du Père, face à la communauté d'influence qui gravite perpétuellement autour du fils, dont les rares moments de solitudes sont hantés par de vieux rêves sportifs d'enfance : être acclamé par un stade de Base-ball, regarder le Base-ball à la télé, courir...
     Dans ce contexte, ce qui pourrait y avoir d'inauthentique et de mélodramatique dans la sortie de l'alcoolisme, la conversion à un christianisme de pacotille, la lutte du bien contre le mal, la reprise d'une guerre qui avait coûté à son père sa réelection, semblent au contraire d'une simplicité, d'une évidence, et d'une authenticité encore plus effroyable.
     On a l'habitude d'imaginer les hommes politiques calculateurs, machinateurs, tout puissants. Carréristes subtils et imposants. le film d'Oliver Stone remet les pendules à l'heure. Un homme politique (et George W. Bush n'est sûrement pas le seul) c'est essentiellement quelqu'un qui a raté sa vie, qui s'imagine avoir du pouvoir alors que son pouvoir est un entrelacs d'influences et de compromissions, qui connait mal les gens et en particulier ceux qui lui sont proches, qui rapidement ne se retrouve pas lui-même, et qui - quand par malheure il a une once de bonne volonté - passe pour un niais, et se fait ridiculiser par tous ceux qui - impitoyables - le jalousent.

Publié dans Mes Tops

Commenter cet article

Luczak 25/01/2010 15:35


J'ai vu que tu aimez bien lire, tu peux donc te rendre sur mon blog de cinéma et me dire ce que tu en penses.


david Martin 08/11/2008 19:00

Cela dit, il est faux de dire que W a raté dans ses entreprises commerciales, c'est même tout le contraire , y compris quand il repris en main une équipe sportive du Texas.

W ne décrit pas le président actuel (jusqu'au 20/01) mais un W fantasmé par Oliver Stone. Grande différence.

Stone se plante tout le temps sur ses films politiques : Nixon prend de tels raccourcis avec l'histoire que cela en devient ridicule.

Ninni 03/11/2008 18:40

Coucou Péné, merci pour ton com sur James Bond.
J'aime bien ce que tu dis sur W ca decrit bien le personnage. Si ca t'interesse j'ai fait une critique assez comparative avec Moore. J'ai extrapolé pas mal sur l'interet politique du film. Bref si ca t'interesse ;)

david Martin 02/11/2008 15:26

Attention à ne pas vous laisser berner par la vision de Stone. W est un homme nettement plus complexe et intelligent que le prétend ce film.

Quant à la phrase "christianisme de pacotille", j'aimerais bien que v ous l'expliquiez un peu plus.