HARCELES

Publié le par Pénélope Lemarchand

TITRE : LAKEVIEW TERRACE
REALISATEUR : Neil LaBute
ACTEURS : Samuel L. Jackson, Kerry Washington...
DUREE : 1h51'



     Dans une Californie de plus en plus prise par les incendie, un couple mixte (lui blanc, elle noire) s'installe dans une belle maison. Leur voisin est un policier noir, proche de la retraite qui ne voit pas leur installation d'un très bon oeil...

     Le point de départ de l'histoire est tellement simple et tellement efficace qu'il garantit presque que le film sera bon. Une sorte de Funny Games soft dans lequel le voisin empoisonneur et tête-à-claque a - et c'est presque pire - ses bonnes raisons pour agir ainsi.
     Les bonnes raisons ne sont pas simplement enfouies dans les rancoeurs et les déceptions de son passé, et de l'histoire personnelle de son couple, qu'on n'apprend que vers la fin, et qui - pour terribles moralement et psychologuiquement qu'elles puissent être - n'expliquent pas tout.
     Des bonnes raison à son acharnement à rendre à ses voisins la vie impossible, c'est aussi et surtout le contraste entre un homme qui approche de l'âge de la retraite, qui sent que ses enfants commencent à lui échapper, qui se raccroche à ce qu'il croit sûr et imparable : des règles, une certaine ethique sociale, la rigueur (la scène du caleçon devant la piscine est excellente).
     En face de lui, un jeune couple qui lui semble aussi fragile que désinvolte, une sorte d'improvisation conjugale, gentils mais sans culture sociale, sans savoir-faire, sans savoir-être, qui ont l'innocence coupable de ceux qui n'ont encore rien appris. C'est au moins comme ça qu'il se plait à les voir.
     Or en même temps, il sent que l'avenir, le succès, le bonheur, la sympathie et chez eux, sont chez lui la poussière vieillote de vieux principes qui ne plaisent plus à personne, alors qu'ils étaient censé garantir le bien-vivre-ensemble. Et tout le film montre une sorte d'acharnement sadique à faire subir au vieil Abel - peut-être plus encore qu'à ses deux tourteraux de voisins - le pire cauchemar : souvenir de sa femme volage, pesanteur de son veuvage, agression de son espace vital surprotégé, bavures professionnelles pointées du doigt par ses supérieurs, échec de sa tentative de saccage à cause d'un complice niais, etc. etc.
     Finalement, Abel est autant la victime que le bourreau, une victime moins voyante, moins évidente que ses voisins, mais une victime peut-être plus profonde. Car l'agression est toujours d'autant plus dure à gérer qu'elle est moins voyante.

     Grâce à cela, le film est un vrai psycho thriller. L'équilibre réussi entre un "méchant" parfaitement construit et dignement interprété, et des "gentils" un peu falots rend leur affrontement assez jubilatoire. On aurait même bien aimé que la subtilité de la lutte soit encore plus machiavélique, mais en contrepartie, le film ne sombre jamais dans l'excès. Il reste ainsi toujours fondamentalement psychologique, et la belle métaphore du monde qui disparait dans les flammes, par une sorte d'ordalie apocalyptique, rend encore plus palpable cette ambiance de fin d'un monde.

Publié dans Mes Tops

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Moonshadow 05/06/2009 11:31

Ce film est en loc à mon club vidéo je vais le prendre ce week-end.
Excellent article !

Moonshadow 05/06/2009 11:30

Ce film est en loc à mon club vidéo je vais le prendre ce week-end.
Excellent article !

Sam 17/11/2008 19:24

Re...
Je l'ai vu et je n'ai pas du tout aimé... je dois bien l'avouer (enfin surtout ME l'avouer) mon adoration pour Samuel L JACKSON ne m'autorise pas à le voir autrement qu'en GENTIL !

nico1980 25/10/2008 21:33

j'ai vue le film sent plus mais toujour aussi bon acteur ce samuel l jackson ma note pour ce film sur 10 ,7sur 10.
passe faire un coucou sur mon blog c'est sur stallone:

Shin 21/10/2008 10:54

Bonjour,

J'ai vu ce film il y a peu et j'avoue n'avoir pas été plus emballé que cela. Ça divertit pendant une heure trente, mais l'ensemble est loin de laisser un souvenir impérissable (et la scène christique finale est d'un ridicule absolue)... À conseiller surtout un samedi soir devant une pizza.

Amicalement,

Shin.