[¤REC]

Publié le par Pénélope Lemarchand

REALISATEUR : Paco Plaza, Jaume Balaguero
ACTEURS : Manuela Velasco, Feran Terraza...
DUREE : 1h20'


     Pour avoir suivi une équipe de pompiers lors d'une intervention nocturne, une jeune présentatrice de télévision et son caméraman se retrouvent enfermés dans un immeubles où une vieille femme pour des cris inquiétants...

     Après Cloverfeld, à nouveau un film au "caméscope" qui bouge, saute, tourne, tombe, s'éteind et se rallume pour "faire croire que c'est vrai". Et comme pour Cloverfeld, on se demanque à quoi sert cet artifice, et si l'histoire ne serait pas beaucoup plus effrayante si elle était tournée de manière plus classique.
     D'autant que l'effet de réel est manqué par trop d'artificialité et d'invraissemblance dans la manière de tourner et de monter le film. La pire de toute : la présentatrice demande au caméraman s'il a filmé la mort de la vieille enragée. Il dit oui. Elle veut voir. On voit à l'écran l'image se rembobiner et la scène se déroule à nouveau !... Franchement : on regarde quoi ? sûrement pas la cassette enregistrée, sinon on ne la verrait pas se rembobiner... donc on regarde un film, et l'effet de réel tombe à l'eau.
     Vite fait donc, la forme "documentaire de télé réalité" ne devient qu'une simple excuse pour mal filmer, mal cadrer et mal monter, faire de substantielles économies, et rien de plus. D'autant que le film fait penser à l'épisode "le Cas Ferguson" des Documents interdits de Jean-Teddy Filippe, qui en 13'22" et avec les mêmes moyens était autrement plus convaincant, et autrement plus efficace !
     Surtout qu'ici - par rapport au court métrage de Fillippe par exemple - le film pèche par excès de pistes : on a la piste "étrange maladie contagieuse qui rend fou", la piste "vampire qui mord le cou des gens", la piste "zombie qui veut de la chair fraîche", la piste "fille possédée que l'exorciste peine à exorciser"... soit tous les vieux poncifs du genre, étalés avec un manque d'originalité incroyable. A ces pistes s'ajoutent d'autres séries de clichés délavés : le couloir sombre, les combles, la trappe du grenier, la petite fille qui est en fait la méchante, la lumière infrarouge pour voir dans le noir...
     Je ne crois pas avoir repéré une seule idée originale, mais au contraire, un embrouillamini d'idées simplement empruntées, ce qui explique sans doute que le filme ne fasse - finalement - pas peur. Pour avoir peur, il faut être mis devant quelque chose d'imprévisible, et qui semble échapper aux règles rassurantes du monde. Ici tout est prévisible, et rien ne semble échapper aux règles du genre.

 

Publié dans Mes Flops

Commenter cet article

tranxene 05/06/2009 09:17

Moi j'ai bien aimé ce film , c'est pas vraiment original mais d'habitude la plus part des films du genre son raté complètement . Enfin c'est sur faut aimer le genre , mais moi c'est mon "kiff" . Je le recommande ( Les gens n'écoutez pas Pénéloppe elle prend de la drogue ^^ )

Shin 10/06/2008 12:26

Bonjour,

Tout comme toi, j'ai pour ma part été un peu déçu par ce film. Il est assez efficace dans son genre, mais manque quelque peu d'ambition. À dire vrai, j'attendais plus de Jaume Balaguero. La suite mise en chantier devrait sûrement corriger les maladresses de celui-ci.

Mon avis est plus détaillé ici : http://shin.over-blog.org/article-19171425.html

Amicalement,

Shin.

Baccawine 30/05/2008 11:15

Plutôt d'accord avec toi, je n'ai pas été très emballé. Côté frisson, bof, une petite chaire de poule parce que j'aurais dû prendre un pull et une légère augmentation du rythme cardiaque lorsque je me suis demandé si j'avais bien fermé les fenêtres des chambres. En même temps, je ne suis pas vraiment client de ce genre de film alors ceci explique sûrement cela. Amicalement. Baccawine

Bouc 28/05/2008 10:57

Et bien, je ne suis pas d'accord... j'ai eu peur, bien peur même, plus que dans 28 semaines plus tard.
il y a des invraisemblances, ne serait-ce que la durée d'incubation qui est bien trop variable... cependant, je trouve l'ensemble réussi et réalisé sans prétention... c'est fort, assez brut dans la réalisation et les 10 dernières minutes sont angoissantes à l'infra rouge.

ne pas avoir peur ? c'est un gimmik ? tout le monde était terrifié dans la salle

Julien 21/05/2008 18:19

Rec est finalement un faux nouveau film mais extrêmement rentable. Je pense que le maître du genre est Quentyn Tarantino, le plus grand escroc du cinéma mondial. Gare à l'arnaque. Je vais sans doute me refaire un petit Shining, histoire d'oublier ça.