LES RANDONNEURS A SAINT-TROPEZ

Publié le par Pénélope Lemarchand

REALISATEUR : Philippe Harel
ACTEURS : Karin Viard, Benoît Poelvoorde...
DUREE : 1h45'



     Dix ans après la Corse, les randonneurs du GR20 décident de passer des vacances près de Saint-Tropez. Ils vont y retrouver leur ancien guide, Eric, qui va les introduire dans les lieux chics et les soirées tocs...

     On prend les mêmes, et on ne recommence pas... ou du moins on recommence un peu, mais si peu qu'il ne reste des premiers randonneurs qu'une copie un peu pâle, un peu lourde, un peu vieillie.
     Ce que j'avais bien aimé dans le premier opus, c'était l'avalanche de petits gags, qui venaient d'une observation sans concession des fausses vacances sportives, des faux groupes d'amis, de cette manière vouée à l'échec qu'on a de s'inventer des envies, des rêves, qui, sitôt qu'ils sont confrontés à la réalité, deviennent des cauchemars.
     Mais la mémoire est sélective, et des mauvais moments, on ne conserve souvent que les bons souvenirs, et l'envie vous prend de recommencer, jusqu'à ce qu'une nouvelle fois la réalité vous frappe en plein visage, comme le narrateur de La Mort à Venise de Thomas Mann, qui réalise - mais trop tard - qu'il déteste Venise, au moment même où il y revient.
     Ici c'est un peu ce qui se passe. Le souvenir idéalisé des vacances passées donne au quatres ex-randonneurs l'envie de remettre ça. Et vite fait les défauts des uns des des autres resurgissent : le sérieux grognon, le joyeux irresponsable, l'enthousiaste déçue, la passive discrète... et l'amitié redevient ce qu'elle est en réalité : un fantasme qui ne se réalise jamais, et qui baigne toujours dans l'hypocrisie, les compromissions, les faux-semblants, les petites jalousies et les les grandes exaspérations.
     Le problème c'est que ce constat un peu terne n'est égayé ici par aucun gag. Dans le premier film, la randonnée amicale était une valeur en apparence positive, que le scénariste s'amusait à ramener à sa réalité. Mais ici, Saint-Tropez est déjà pour tout le monde une valeur désespérément négative, qui ne gagne rien à être une fois de plus caricaturée. Que la jet set soit un mouroir de riches (et moins riches) déchets sociaux, tout le monde le sait. Donc la caricature ne fait pas rire, et la dénonciation tombe à plat.
     En plus, la concentration sur le groupe, au sein duquel le personnage d'Eric jouait un rôle capital à la fois de chef et de repoussoir s'évanouit ici dans la foule, avec un Eric de pacottille, qui ne parvient jamais à donner vie au groupe, perdu dans son rôle de kakou n'existant que par les compromissions dans lesquelles il s'étrangle lui-même.
     Symptomatique de l'échec à créer une dynamique, le seul rôle qui bouge un peu (Cora, par Karin Viard) s'exclut par là même du groupe et va vivre sa vie en dehors du film. C'est l'un des aspects les plus frustrants d'un film qui ne parvient, de scène en scène, qu'à décevoir.

Publié dans Mes Flops

Commenter cet article

Baccawine 02/05/2008 13:38

Même syndrome que pour les Bronzés? Quoiqu'il en soit tes synthèses sont toujours très claires et bien tournées. A bientôt. Baccawine

:0051:Sebiwan 02/05/2008 08:43

Moi aussi j'avais bien aimé le premier mais celui-là ne me dit rien !