IL Y A LONGTEMPS QUE JE T'AIME

Publié le par Pénélope Lemarchand

REALISATEUR : Philippe Claudel
ACTRICES : Kristin Scott Thomas, Elsa Zylberstein...
DUREE : 1h55'




    
Eloignée des siens après 15 années de réclusion, Juliette est hébergée chez sa soeur. Tout en affrontant le regard et les sentiments des autres, elle essaye de retrouver une vie sociale saine...

     Il y a quelque chose d'un peu gros dans le sujet de départ, qui nécessiterait beaucoup de finesse, beaucoup de tact, beaucoup de délicatesse de la part des acteurs et du réalisateur. C'est un peu ce qui se passe au début.
     La progression de l'intrigue par petites allusions progressives semble un peu artificielle, un peu théâtrale au mauvais sens du terme, mais nous fait pénétrer doucement dans l'univers éprouvant de cette Juliette qui doit porter sur elle le jugement des autres et - surtout - son propre jugement.
     L'actrice joue juste cette infinie distance du regard, cette habitude forcée à l'ennui carcéral, cette rancoeur face au gaspillage inconscient de l'amour et de la liberté, cette méfiance lasse vis-à-vie de tout, des autres, de soi-même, de l'amitié et du bonheur.
     Mais rapidement la carricature pointe son nez et alourdit un propos déjà épais au départ. En particulier l'interrogatoire invraisemblable avec l'employeur qui réclame de savoir quel délit son employée a commis, et qui la jette comme une malpropre dès que celle-ci, presque sans broncher, lui a débalé ses ordures.
     Un film qui aurait dû rester le film de l'allusif et du silence, pour se concentrer sur la pesanteur du remord et de la suspission se met alors à devenir de plus en plus bavard, de plus en plus démonstratif, de plus en plus obscène.
     Au lieu de nous faire pénétrer dans l'intimité de la souffrance, il nous expose au grand jour les lieux communs de la pleurnicherie. On peut souvent être fier de faire rire, on devrait souvent avoir honte de faire pleurer. Il y a quelque chose de trop noble dans les larmes pour les brader.
     Et puis surtout, alors que l'histoire est si mal conduite qu'on se demande comment elle pourra finir, un stupide retournement de situation vient tout mettre par terre. Tout le pesant échaffaudage passionnel et introspectif qu'on a vu construire n'aura finalement servi à rien, car le film n'était qu'une stupide fausse piste, bêtement cachée au spectateur pour lui faire le coup de la révélation finale. Une révélation si invraisemblable, si niaise, si lâche dans son refus d'assumer la culpabilité - aussi horrible soit-elle, si grotesque dans son artificialité, si malhonnête, qu'elle révolte et qu'elle dégoûte.
     Ce film se moque d'un sujet grave et se moque des spectateurs. Il n'a finalement rien à dire ni rien à apprendre. Il ne fait rien comprendre. A la crudité violente et cruelle du réel, il préfère la mièvrerie étudiée et complaisante de la pire des littérature. Celle qui se croit tout permis pour assurer ses petits effets.

Publié dans Mes Flops

Commenter cet article

Margot 21/04/2008 15:48

Merci d'avoir écrit ça, Pénélope. Tu m'ôtes le besoin de dire la même chose en moins bien formulé. ;)

pénélope 17/04/2008 19:18

Coucou Pénélope, c'est Pénélope !!

Je viens de voir que les nombreux films dont tu parles je voulais aller les voir et au final bah j'y suis pas allée !
As tu vu le film Penelope ?!

Sinon, j'adore mon prénom ne t'inquiéte pas s'est le plus beau de tous ; )

A bientôt

ps : je pense aller voir spiderwik !!!

Elodie 16/04/2008 23:57

salut,
je n'ai pas encore écrit mon avis sur ce film mais c'est en cours!
je te trouve assez dure quand même, bien que ta critique soit très bien écrite et argumentée. je comprends ton point de vue, ceci dit j'ai trouvé que les acteurs étaient justes et je n'ai pas vu le film sous cet angle. certains passages semblent un peu surfaits c'est vrai, la fin prévisible, mais j'ai apprécié.
Très sympa ton blog ;)
++

samom 15/04/2008 16:25

Salut pénélope
pas de nouvelles, bonnes nouvelles
j'espère que tu vas bien
amitiés
plus

Bouc & Moustache 15/04/2008 11:11

et bé
je ne partage pas cette lecture du film mais je la comprends parfaitement, très bien construite et implacable... je suis impressionné