JUMPER

Publié le par Pénélope Lemarchand

jumper.jpgREALISATEUR : Doug Limna
ACTEURS : Hayden Christensen, Samuel L. Jackson...
DUREE : 1h35'


     David Rice découvre un peu tard qu'il est doué d'un don de téléportation : c'est un "jumper". Il découvrira en suite un peu tard que les jumper ont des ennemis : les "paladins". Et puis aussi qu'entre deux jump il est amoureux...

     C'est rigolo, de temps en temps, de voir un film terriblement mauvais, qui prend vraiment et sans aucune honte les spectateurs (et les spectatrices) pour des imbéciles.
     Ici ça marche assez bien : il suffit de quelques minutes pour comprendre qu'on nous prend pour des imbéciles, et que ça sera comme ça jusqu'à la fin.
     Incapable de lancer son histoire correctement, après un inutile flash forward, le réalisateur nous fait le coup de la "voix off" qui se présente à nous, nous explique les choses que les images n'auraient pas du tout suffi à nous faire comprendre.
     Le héros est évidemment un gamin un peu timide et ridicule. Mais attention : il a un pouvoir magique de téléportation. ça fait du bruit, ça abîme un peu le plancher, mais ça lui permet de hop ! se retrouver mieux qu'Obélix sur la tête du sphinx, où face à une vague de 9m, sa planche de surf aux pieds.
     A-t-il envie de passer la nuit avec une élégante londonienne, pas de problème : il se téléporte à Londres, et hop ! passe la nuit avec l'élégante londonienne (grâce à un pouvoir de séduction dont on ne nous avait pas parlé).
     A-t-il envie de jeter un coup d'oeil sur le coffre-fort d'une banque pour pouvoir s'y jumper après et se servir, que hop ! il demande les toilettes à un vigile, qui le fait passer juste devant le coffre-fort de la banque, dont la porte est justement entrouverte à ce moment (grâce à un pouvoir de sacré-coup-de-pot dont on ne nous avait pas non plus parlé).
     A-t-il envie de nous donner une scène anthologique, que hop ! il retrouve huit ans après sa copinette de lycée et qu'il la gratifie d'un dialogue totalement surrealiste dans une scène dont l'invraisemblance et la niaiserie semblent totalement imbattables (grâce à un pouvoir de je-joue-vraiment-comme-un-pied-mais-c'est-pas-grave-car-j'étais-Darth-Vader-dans-Star-Wars dont on ne nous avait toujours pas parlé).
     Je passe sur Samuel L. Jackson et sa perruque blanche, les scènes dont on oublie totalement l'utilité (pourquoi roulent-ils comme des malades à Tokyo ?... un bisou à celui qui me le rappelle !), les personnages inutiles (comme la maman-du-héros), l'amourette niaise... Et le fait que le "héros", finalement, ne soit, malgré ou à cause de son don, qu'un petit voleur égoïste...
     Seul moment que j'ai aimé, l'apparition totalement inattendue de Kristen Stewart, à la fin, qui m'a rappelé la scène que j'avais préférée dans Into The Wild...

Publié dans Mes Flops

Commenter cet article

Shin 18/03/2008 18:02

Bonjour,

Franchement, le film est loin d'être mauvais. Ça n'a certainement pas l'efficacité d'un Sam Raimi ou d'un Bryan Singer, mais c'est pas plus naze qu'un Roland Emmerich ou qu'un Rob Cohen.

Pour ma part, j'en attendais pas grand chose. Et pourtant, j'ai passé un bon moment.

Amicalement,

Shin.

Thib 01/03/2008 18:13

salut Pénélope, tu avais raisons, "Jumper" est un navet en puissance, ma curiosité m'a joué un bien vilain tour.
biz.

Yaneck 01/03/2008 08:11

Oula.... Je savais que ce film devait être moyen, mais à ce point, j'imaginais pas.... lol

Ca fait plaisir de lire des avis négatifs constructifs. Continue.

samom 29/02/2008 19:05

salut pénélope
une petite question en passant
ta rubrique index "mes affiches" me plait bien
comment la créer
est ce dans la configuration d'overblog (genre "mes albums")
merci d'avance

Gilbert DUNEZ 28/02/2008 18:23

Un p'tit bonjour à notre présidente... en passant.
A+++ Gilbert