ASTERIX AUX JEUX OLYMPIQUES

Publié le par Pénélope Lemarchand

asterix.jpg TITRE : ASTERIX AUX JEUX OLYMIPQUES
REALISATEURS : Thomas Langmann, Frédéric Forestier
ACTEURS : Clovis Cornillac, Benoît Poelvoorde...
DUREE : 1h53'



     Afin de gagner la main de la belle princesse grècque Irina, un Gaulois doit gagner les jeux olympiques. Il sera aidé par Astérix, Obélix et compagnie, qui devront déjouer, sous le regard de César, les malversations de l'infâme Brutus...

     Il y a un truc qui me fait rire avec ce film. On a l'impression que les gens découvrent tout à coup qu'un budget lourd ne fait pas forcément un bon film ; qu'une pléiade d'acteurs à la mode (ou jadis à la mode) ne fait pas forcément un bon film ; qu'une bande-dessinée rigolotte ne fait pas forcément un bon film ; qu'un matraquage commerciel ne fait pas forcément un bon film ; et qu'une bande-annonce assez réussie ne fait pas forcément un bon film.
     Et on a l'impression que les spectateurs vont voir ça en partant du principe que "ça devrait être bien" ! Mais non : c'est tout l'inverse ! Un film qui a coûté très cher (pour ici en France en tout cas), un film avec des stars et un film qui reprend un titre archi fameux, c'est normalement forcément un très mauvais film ! Peut-être un peu drôle, peut être un peu distrayant, mais forcément un mauvais film.
     Parce qu'en partant du principe que "ça devrait être bien", comme si on allait voir un nouveau Hitchkock, un nouveau Bergman ou un nouveau John Ford, on est forcément déçu ! Tandis qu'en partant du principe qu'un film pareil est forcément minable, on a des chances de passer - finalement - un assez bon moment.
     Et j'avoue que - finalement - j'ai passé un assez bon moment. C'est du cinéma pour rire, bêbête, pas méchant, avec des acteurs qui jouent beaucoup, des têtes connues qu'on reconnaît, des petits gags ici et là, des jolis décors, une histoire totalement prévisible - évidemment ! - avec des vrais gentils, des vrais méchants, un couple d'amoureux... et en plus ça finit bien !
     Le cinéma sans prétention, ça existe. Le cinéma moyen, médiocre, mais qui est juste là pour passer un bon moment, ça existe. Le cinéma facile, le cinéma pour tous, le cinéma gentil, ça existe. Alors après on peu bouder ce genre de film, les éviter comme la peste, mais dans ce cas, c'est simple : on ne va pas les voir ! Aller voir Asterix au jeux olympiques et être déçu, c'est comme aller voir Son Nom de Venise dans Calcutta désert et se plaindre en sortant de s'être ennuyé ! Faut vraiment l'avoir fait exprès !      Et puis... J'ai éclaté de rire pour le meilleur gag du film : "Sacrilèèèège ! les coléoptères ont disparus ?!" Et j'ai ri au moins trois fois encore (pour "lancer un disque", le Cyrano canin, et... une troisième fois ? ah si... le code ! et une quatrième fois, même : "vous êtes en état d'arestation ! - nous ?..."^^) !

Publié dans Mes Tops

Commenter cet article

Carine 02/04/2008 11:40

Je le mettais plutôt dans les "bofs" (scènes trop longues, manque de rythme, scénario baclé, ...)
Seuls points positifs: les effets spéciaux et la participation de Alexandre Astier et Bouli Lanners.
Sans la présence de Benoit Poelvoorde (la scène où il chante "besoin de rien, envie de toi" m'a bien fait rire), je mettrais ce film dans les "flops"...

Yaneck 16/02/2008 10:41

Je partage ton avis sur le film, pas tout à fait sur le reste.
Le film de Chabat était lui aussi une méga production française, avec un panel de stars hallucinant, reprenant une bd à succès.

La différence? Le réalisateur.

Chabat, c'est les Nuls, c'est une qualité d'humour, c'est une vision de l'humour. Chabat, pour le coup, était un réalisateur dans le sens le plus noble du mots.
Langmann, c'est le réalisateur commercial. Il n'a pas de vision, à part celle des pépettes qui vont tomber.
Et à mon sens, tout cela fait une ENORME différence.

Mirbel 15/02/2008 19:47

Je suis d'accord avec le contenu de ton article. Je suis allée le voir et j'ai passé un bon moment de détente, sans me prendre la tête. Il faut éviter simplement de le comparer, aux autres, vu que ce n'est pas le même réalisateur à chaque fois. C'est un film qui mérite que l'on s'y intéresse.

Lady kenobi 02/02/2008 00:10

Peut-etre que si ils avaient laissé A.Chabat reprendre les renes de ce 3eme film les producteurs auraient eu une petite chance de ne pas foncer droit dans le mur.
J'adore le ciné et ton blog est tres bon.

jeangs 01/02/2008 13:36

Je sais bien qu'il faut de tout pour faire un monde, mais là c'est vraiment pas terrible... j'ai aperçu des scènes des autres films, c'était déjà pas drôle alors là... sans commentaire... et pourtant je suis bon public, mais je préfère Leslie Nielsen et Eric Romher, que voulez-vous, il faut de tout pour faire un monde !

Ils sont fous ces gaulois !